“Syrie : le cri étouffé”

n

À FORCE DE NOUS CHERCHER...
S'il continue dans ses délires autoritaires, c'est nous qui pourrions, un jour, lui faire goûter sa recette : par exemple, en l'obligant à chanter La révolte(2) en brandissant un drapeau noir...
... ou autre chose selon vos préférences !
"Libérons-nous de cette pourriture... donnons l'assaut au monde autoritaire !"

Georges moustaki- Sans la nommer
 

 

Macron face au piège Assad en 2018 ( extrait de Jean-Pierre Filiu)

Pour avoir pratiqué les Assad père et fils comme diplomate, j’ai toujours été frappé par la puissance qu’ils retirent de leur immobilisme. Bachar se plaît à égrener les noms des présidents français ou américains auxquels il a imperturbablement survécu, malgré les tentatives des uns ou des autres pour le déstabiliser. Tel est le privilège des despotes face aux dirigeants démocratiquement élus. Les despotes peuvent à loisir massacrer, charcuter, éventrer, piller, énucléer, torturer, martyriser, et bien sûr violer. Un Assad ne bouge pas, il campe sur des positions inébranlables et il attend que la donne internationale lui soit plus favorable, tout en serinant la même antienne.

Celle du tyran de Damas a été rabâchée ad nauseam: il n’y aurait jamais eu de protestation populaire en Syrie, mais un complot « terroriste », animé de l’étranger, contre un régime légitime. Macron a offert à Assad, sans contrepartie à son « aggiornamento », la validation du coeur de la propagande de la dictature. Selon le président français, il n’y aurait pas à ce stade de « successeur légitime » à Assad et « la démocratie ne se fait pas depuis l’extérieur à l’insu des peuples ». Oubliés, les millions de Syriens qui ont tant souffert pour enraciner sur leur terre des institutions alternatives à « l‘Etat de barbarie » des Assad. En outre, comme toujours face à un système dictatorial, obsédé par sa seule survie, c’est le premier reniement qui compte. Et le régime Assad l’a empoché, en attendant les inévitables renoncements qui allaient le suivre.

UN RENIEMENT EN APPELLE TOUJOURS UN AUTRE

Ce qui n'empèche pas le boom des affaires : ace Lord of War (VF) - Bande Annonce

 

 

MARDI 20H55 : "Bachar El-Assad, le pouvoir ou la mort" mardi 12 ...

Si l’Elysée s’est rallié au principe, en soi terriblement discutable, d’un dialogue avec le régime Assad, qu’il ouvre un tel dialogue en position de force morale plutôt qu’en demandeur humilié. Qu’il soit « intraitable » dans l’exigence d’un accès inconditionnel de l’aide humanitaire à la Ghouta. Que le retour de la France à Damas s’opère sur les bases du droit international plutôt que d’un « aggiornamento » bâclé. Etre « intraitable » ne signifie pas ne pas vouloir traiter, mais refuser de le faire à n’importe quel prix.

Une bien noble résolution pour 2018 en Syrie.

01 janvier 2018 Macron face au piège Assad en 2018

MARDI 20H55 : "Bachar El-Assad, le pouvoir ou la mort" mardi 12 ...

Mais si Jobar à l'été 2017 semble abandonné et abandonné, il y a toujours de la vie ici.

Sous les décombres, accrochés d'une manière ou d'une autre dans les boutiques et les appartements abandonnés, quelque 200 familles de Jobarian se dressent contre un régime qui, le mois dernier, lance une autre offensive aérienne et terrestre pour récupérer le district de l'assemblée des combattants rebelles. ses approches avec des fusils et des mortiers et des mitrailleuses.

READ MORE: Jobar: 'Death is a central part of their daily lives'

Alors, pourquoi sont-ils si déterminés à ne pas céder? Comment supportent-ils la privation abrupte et le danger constant? Qu'y a-t-il de si spécial dans ces rues ravagées que les gens, qui autrefois étaient commerçants, chauffeurs de bus, fonctionnaires et ménagères, sont si obstinément déterminés à ne pas les livrer à leurs ennemis?

Pendant plusieurs mois, un groupe de cinéastes, dirigé par le producteur / réalisateur syrien exilé Maher Jamous, a travaillé sur les refus de Jobar pour documenter leur lutte et répondre à ces questions.

Les résultats ont été compilés dans ce rapport extraordinaire en deux parties, People & Powerspecial.

Syria Street Stories

 

Si l’Elysée s’est rallié au principe, en soi terriblement discutable, d’un dialogue avec le régime Assad, qu’il ouvre un tel dialogue en position de force morale plutôt qu’en demandeur humilié. Qu’il soit « intraitable » dans l’exigence d’un accès inconditionnel de l’aide humanitaire à la Ghouta. Que le retour de la France à Damas s’opère sur les bases du droit international plutôt que d’un « aggiornamento » bâclé. Etre « intraitable » ne signifie pas ne pas vouloir traiter, mais refuser de le faire à n’importe quel prix.

Une bien noble résolution pour 2018 en Syrie.

01 janvier 2018 Macron face au piège Assad en 2018

A voir sur Télérama.fr, “Syrie : le cri étouffé”, un documentaire exceptionnel de Manon Loizeau Emmanuelle Skyvington

  •  
  • Syrie, le cri étouffé

 

 

Face caméra, des Syriennes témoignent des viols et des déshonneurs subis dans les geôles de Bachar el-Assad. Un documentaire exceptionnel, que Télérama.fr vous propose de voir en avant-première, avant sa diffusion sur France 2 jeudi 7 décembre.


 

Exceptionnel par sa portée, ce film est le fruit d’un travail à six mains, avec Annick Cojean, grand reporter au Monde, et Souad Wheidi, chercheuse. Fragmentation des corps, effondrement des esprits : dès qu’il s’agit de traduire l’indicible, Manon Loizeau dissémine, entre les témoignages et les silences, des bribes de paysages, un mur en ruine, des oiseaux dans le ciel. Un portrait de femmes héroïques, plus encore que victimes.

 

 Syrie : le cri étouffé, le 7 décembre à 23h sur France 2 

 

 

 

Syrie - Le cri etouffe - YouTube

 

SYRIE, LE CRI ETOUFFE. - YouTube

L’INSTANT M : Manon Loizeau : le viol des femmes syriennes

mardi 12 décembre 2017

 Accueil / printemps arabes /Bachar El-Assad, le pouvoir ou la mortSyrie : le cri étouffé - saltabank.over-blog.comSyrie, Irak, Libye… Comment faire du business dans ces pays à ...syd-vicious

01 janvier 2018 "SYRIE, LE CRI ETOUFFE."

Accueil / proche et moyen orient /La Syrie au cœur de l'actualité de 2017 - citizenkane

Syrie : la révolution confisquée ? - Indigné Récolté

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×