La stratégie de la mouche:

 La stratégie de la mouche:

n

Special Report: Terror In Paris - YouTube

 La stratégie de la mouche: pourquoi le terrorisme est-il efficace ?

Paul Rogers : les erreurs de l’administration Bush
 

A lire Lire Huntington : ce que "Le choc des civilisations" - Diploweb.com , Erreur de l'Occident (L'): Face à la mondialisation

n De la gauche radicale aux sites d'infos «alternatives», l'analyse des attentats de novembre est univoque: la France et à tout le moins ses dirigeants, sont «responsables» des massacres du 13 novembre.

 

n

illustration Fred Sochard

Donald Trump, le « candidat des djihadistes » ?

Selon le Monde passé les manifestations d’« indignation » de façade, des figures djihadistes n’ont pas caché une certaine satisfaction sitôt le résultat de la présidentielle américaine connu. 

Et si Donald Trump était un tract de propagande djihadiste ? La thèse, relayée avant la présidentielle par des analystes américains défavorables au milliardaire, continue de faire son chemin, le scrutin passé : l’élection du candidat républicain offrirait ainsi un boulevard à Al-Qaida, notamment.

En cause, la sympathie manifestée par le vainqueur de la présidentielle américaine pour les autocrates du monde arabe. « Si la politique étrangère de Trump priorise ces hommes forts comme alliés, Al-Qaida va bénéficier d’un coup de pouce inimaginable », s’alarme ainsi Charles Lister, chercheur au Middle East Institute, dépité par le triomphe de Trump.

Les djihadistes en question n’ont rien fait pour la démentir. Surtout les « al-qaidistes » ou proches de la mouvance salafiste-djihadiste, hors organisation Etat islamique, l’EI s’étant globalement désintéressé de l’élection américaine. Après les premières manifestations d’« indignation » de façade et de sympathie intéressée exprimée envers les Noirs et musulmans américains, des figures djihadistes n’ont pas caché une certaine satisfaction sitôt le résultat de la présidentielle américaine connu.

La ville est située sur une route stratégique reliant l’Irak et la Syrie. Actant sa défaite, l’EI se tourne vers la clandestinité et les attentats.

 

Lire aussi :   Syrie : à Rakka, les civils victimes de bombardements intensifs de la coalition contre l’EI

Ville étape sur la route de la Syrie, la ville de Tal Afar, à majorité turkmène dans une région majoritairement arabe, a donné à l’EI certains de ses cadres les plus influents tels que Fadel Ahmed Abdullah Al-Hiyali, ancien officier du renseignement militaire irakien donné pour mort en 2014 et chargé de superviser la gouvernance des territoires irakiens de l’EI, ou encore Abou Ali Al-Anbari, ex-numéro 2 de l’organisation, tué en 2016. A l’instar de ces figures, une cohorte de cadres et de combattants originaires de Tal Afar s’était établie à Mossoul à partir de l’été 2014.


Monde et terrorisme: De Ben Laden à Daesh documentaire 2016 HD

 

 

La stratégie de la mouche: pourquoi le terrorisme est-il efficace ? 

 A (re)lire, pour prendre un peu de recul #Barcelona #terrorisme#uneautrepolitiqueestpossible La stratégie de la mouche: pourquoi le terrorisme est-il efficace ?

 

Il fait relativement peu de victimes, n'endommage pas les infrastructures de l'ennemi. Et pourtant, ça marche. Par Yuval Noah Harari, auteur de “Sapiens”.

 

Lecture du matin... malheureusement toujours d'actualité. Dans son dernier ouvrage, le politologue revient sur sa vision de l’islam politique comme une réaction identitaire à la domination coloniale

 

Selon vous, face à la violence sectaire, il faut toujours chercher une cause politique ?

En quelque sorte, oui. Je n’accorde pas beaucoup de valeur explicative à la littérature qui explique le passage à la violence en termes de «filières», de «contagions», de «financements»… Mon hypothèse est que nous sommes étroitement associés à la fabrication de ces jeunes qui, parce qu’ils sentent qu’ils ne peuvent pas être des «Français à part entière», basculent dans la violence sectaire et le statut de «Français entièrement à part». Nous «fabriquons» ces individus qui choisissent - parmi de très nombreuses autres possibilités - une expression binaire, clivante et totalisante de leur appartenance religieuse. Le recours à la violence sectaire fait donc suite à des dysfonctionnements majeurs du «vivre ensemble» européen ou oriental qui poussent ces individus à la rupture. Alors, et alors seulement, ces exclus cherchent-ils un lexique permettant d’exprimer et de légitimer cette violence. C’est à ce moment-là qu’ils se tournent vers le lexique binaire du «eux et nous» salafiste. La question n’est donc pas pour moi de combattre les jihadistes mais d’arrêter de les fabriquer.

François Burgat: «Il ne s’agit pas de combattre les jihadistes mais d’arrêter de les fabriquer» LIBERATION.FR

 

Le théâtre de la terreur

Un terroriste, c’est comme une mouche qui veut détruire un magasin de porcelaine. Petite, faible, la mouche est bien incapable de déplacer ne serait-ce qu’une tasse. Alors, elle trouve un éléphant, pénètre dans son oreille, et bourdonne jusqu’à ce qu’enragé, fou de peur et de colère, ce dernier saccage la boutique. C’est ainsi, par exemple, que la mouche Al-Qaeda a amené l’éléphant américain à détruire le magasin de porcelaine du Moyen-Orient.

C'est, par exemple, ce qu'évoquent les dessins du caricaturiste brésilien et pro-palestinien Carlos LatuffView image on Twitter

View image on Twitter

 

FollowCarlos Latuff

 

@LatuffCartoons
Au lendemain des attentats de Paris, revendiqués par l'Etat Islamique, la France et François Hollande ont opté pour un discours très guerrier qui n'est pas sans rappeler les suites du 11 septembre 2001. Une erreur commise par Georges W Bush, qui risquerait de coûter d'autant plus cher à François Hollande titrait Atlantico .
Le terrorisme est toujours un piège : soit le pays attaqué cède, ce qui renforce les terroristes, soit le pays réprime, ce qui est encore une autre manière de les renforcer.
Les troupes engagées dans ces conflits ont été perçues par les populations comme des troupes occupantes. De ce fait un vrai rejet systématique de ces troupes a poussé partiellement les populations dans les bras des activistes.
Ben Laden a souhaité cette intervention, sans doute en espérant recréer un effet bourbier comparable à celui dans lequel l'Union soviétique était empêtrée dans les années 1980, et en y voyant l'opportunité de mettre à exécution ses rêves de choc de civilisations. Il n'en fut rien, même si la guerre fut, et reste, difficile. Lui-même en fit les frais, et les activités de son groupe en Afghanistan furent détruites, de même que le régime aberrant des Talibans

 

Accueil > Monde | Entretien par Catherine Tricot | 18 février 2016 Dominique Vidal : « Le "choc des civilisations", une idée fausse qui prend corps »

Les attentats de novembre ont confirmé que la France se trouvait au point névralgique de rencontre entre les crises au Proche et Moyen-Orient et sa propre crise sociale. Dominique Vidal déplore la persistance des erreurs qui ont conduit à cette situation. dans un EntretienProche et Moyen-OrientTerrorisme

« En novembre, alors que les attentats ont visé tout le monde de façon indifférenciée, le pouvoir joue la guerre de civilisations »

Comme son nom l’indique, la terreur est une stratégie militaire qui vise à modifier la situation politique en répandant la peur plutôt qu’en provoquant des dommages matériels.... Dans le cas du terrorisme, la peur est au cœur de l’affaire, avec une disproportion effarante entre la force effective des terroristes et la peur qu’ils parviennent à inspirer.

A lire Jean-Pierre Filiu : "En Syrie, les monstres ont été réveillés et lâchés"

C'est quelque chose de finalement très contemporain : on peut gagner une guerre sans mettre le pied dans le pays. 
LE MONDE SOUS LES BOMBES DE GUERNICA A HIROSHIMA

n les   progrès technologiques ont accouché de nouvelles promesses ou plutôt de nouvelles illusions. Sous les bombes, c’est toujours la même terreur". "Good Kill", un film édifiant sur l'utilisation des drones - 26 avril 2015 

Modifier une situation politique en recourant à la violence n’est pas chose aisée (..)  Il fallut encore deux ans et des millions de victimes supplémentaires pour que la situation bascule. En comparaison, le terrorisme est un petit joueur. Les attentats de Bruxelles du 22 mars 2016 ont fait trente et un morts...  Mais cela reste dérisoire en comparaison du prix de la guerre conventionnelle. Faites le compte de toutes les victimes (tuées ou blessées) ous resterez toujours très en-deçà du nombre de victimes de n’importe quelle obscure bataille de l’une ou l’autre guerre mondiale.

 A lire La guerre de demain?

Aujourd’hui, pour chaque Européen tué dans une attaque terroriste, au moins un millier de personnes meurent d’obésité ou des maladies qui lui sont associées. Pour l’Européen moyen, McDonalds est un danger bien plus sérieux que l’État islamique

#Terrorisme Pour ceux qui ont l'impression que nous vivons une époque extrêmement dangereuse, terrible à cause des attentats islamistes

Aucun texte alternatif disponible.

5 commentaires - 55

Comment alors les terroristes peuvent-ils espérer arriver à leurs fins ? À l’issue d’un acte de terrorisme, l’ennemi a toujours le même nombre de soldats, de tanks et de navires qu’avant.... Ce qu’espèrent pourtant les terroristes, quand bien même ils n’ébranlent qu’à peine la puissance matérielle de l’ennemi, c’est que, sous le coup de la peur et de la confusion, ce dernier réagira de façon disproportionnée et fera un mauvais usage de sa force préservée.

INSIDE STORY: Will the latest Iraqi offensive mean the end of ISIL in Mosul? (25:10)

 Source: News agencies, 

Le chef des forces américaines au Moyen-Orient a qualifié hier Civils tués à Mossoul: "une terrible tragédie" n,  la mort de nombreux civils dans des frappes aériennes à Mossoul en Irak, 

 

Leur calcul est le suivant: en tournant contre eux son pouvoir massif, l’ennemi, fou de rage, déclenchera une tempête militaire et politique bien plus violente que celle qu’eux-mêmes auraient jamais pu soulever Terrorisme, raison d'Etat (1/2) - ARTE - YouTube La « mère de toutes les bombes » larguée en Afghanistan par les Etats-Unis En utilisant cette arme contre des djihadistes de l’EI, Washington met en scène sa détermination. De Ben Laden a EI

 

 lire 24/07/2016 Afghanistan, le prix de la vengeance , A voir Afghanistan, le prix de la vengeance 2012 - YouTube : A lire Terrorisme, raison d'Etat , COMPTE RENDU 2 400 morts, 20 000 blessés, 840 milliards de dollars : le lourd bilan américain en Afghanistan 41 Le président Donald Trump a annoncé des renforts de troupes dans le pays, où l’armée américaine est présente depuis 2001.

Jean-Pierre Filiu : "En Syrie, les monstres ont été réveillés et lâchés"

Syrie : Raqqa est le «pire endroit sur terre» selon l'ONU «Je ne peux pas imaginer un pire endroit sur terre», a déclaré Jan Egeland, chef du groupe de travail humanitaire de l'organisation pour la Syrie. les personnes vivant dans Raqqa étaient «prises au piège dans un labyrinthe mortel où ils sont sous le feu de toutes parts».

Les terroristes ne peuvent pas prévoir exactement ce qui sortira de leur action de déstabilisation, mais ce qui est sûr, c’est que la pêche a plus de chance d’être bonne dans ces eaux troubles que dans une mer politique calme. Donald Trump, le « candidat des djihadistes » ? Selon le Monde passé les manifestations d’« indignation » de façade, des figures djihadistes n’ont pas caché une certaine satisfaction sitôt le résultat de la présidentielle américaine connu. 

COMPTE RENDU Syrie : la coalition intensifie ses bombardements sur la ville de Rakka, tenue par l’EI 19 En frappant la « capitale » de l’organisation Etat islamique et ses alentours 250 fois en une semaine, les raids de la coalition auraient fait 170 morts parmi les civils, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Face à la violence, notre société ne veut voir que la marginalité. Le djihadisme serait ainsi un sous produit de la délinquance, de la frustration, voire une forme de folie. r! Si tout se vaut, si rien ne compte, si l'avenir radieux de l'humanité se limite à une fusion dans le grand tout consumériste et cool, alors quand le «barbare» fait irruption, y compris en notre sein, nous sommes incapables de le nommer. Nommer l'ennemi c'est précisément définir ce qui nous distingue, ce qui nous discrimine, c'est tracer une frontière, une limite même normative, c'est s'affirmer contre, toutes choses auxquelles la culture contemporaine a décidé de renoncer…

Toutes les évolutions géopolitiques depuis quinze ans démentent la fable de la fin de l'Histoire et de l'intégration du village planétaire.

 

 Voilà pourquoi un terroriste ressemble à une mouche qui veut détruire un magasin de porcelaine. Petite, faible, la mouche est incapable de déplacer ne serait-ce qu’une simple tasse. Alors, elle trouve un éléphant, pénètre dans son oreille, et bourdonne jusqu’à ce qu’enragé, fou de peur et de colère, ce dernier saccage la boutique. C’est ce qui est arrivé au Moyen-Orient ces dix dernières années. Les fondamentalistes islamiques n’auraient jamais pu renverser eux-mêmes Saddam Hussein. Alors ils s’en sont pris aux États-Unis, et les États-Unis, furieux après les attaques du 11 Septembre, ont fait le boulot pour eux: détruire le magasin de porcelaine du Moyen-Orient. Depuis, ces décombres leur sont un terreau fertile.

A lire 29/07/2016 L'histoire sans fin contre le terrorismeBilan de la guerre "contre le terrorisme" Par Enkolo dans Accueil l

Rebattre les cartes

Le terrorisme est une stratégie militaire peu séduisante, parce qu’elle laisse toutes les décisions importantes à l’ennemi. Comme les terroristes ne peuvent pas infliger de dommages matériels sérieux, toutes les options que l’ennemi avait avant une attaque terroriste sont encore à sa disposition après, et il est complètement libre de choisir entre elles. Les armées régulières cherchent normalement à éviter une telle situation à tout prix. Quand elles attaquent, leur but n’est pas d’orchestrer un spectacle terrifiant qui attise la colère de l’ennemi et l’amène à répliquer.

À l’instar des terroristes, ceux qui les combattent devraient aussi penser en metteurs en scène plutôt qu’en généraux. Pour commencer, si l’on veut combattre le terrorisme efficacement, il faut prendre conscience que rien de ce que les terroristes font ne peut vraiment nous détruire. C’est nous seuls qui nous détruisons nous-mêmes, si nous surréagissons et donnons les mauvaises réponses à leurs provocations.

Les terroristes s’engagent dans une mission impossible, quand ils veulent changer l’équilibre des pouvoirs politiques par la violence, alors qu’ils n’ont presque aucune capacité militaire. Pour atteindre leur but, ils lancent à nos États un défi tout aussi impossible : prouver qu’ils peuvent protéger tous leurs citoyens de la violence politique, partout et à tout moment. Ce qu’ils espèrent, c’est que, en s’échinant à cette tâche impossible, ils vont rebattre les cartes politiques, et leur distribuer un as au passage.

Certes, quand l’État relève le défi, il parvient en général à écraser les terroristes. En quelques dizaines d’années, des centaines d’organisations terroristes ont été vaincues par différents États

Les terroristes savent parfaitement bien que, dans une telle confrontation, ils ont peu de chance de l’emporter. Mais, comme ils sont très faibles et qu’ils n’ont pas d’autre solution militaire, ils n’ont rien à perdre et beaucoup à gagner. Il arrive parfois que la tempête politique déclenchée par les campagnes de contre-terrorisme joue en faveur des terroristes: c’est pour cette raison que cela vaut le coup de jouer. Un terroriste, c’est un joueur qui, ayant pioché au départ une main particulièrement mauvaise, essaye de convaincre ses rivaux de rebattre les cartes. Il n’a rien à perdre, tout à gagner.

Quelle est la véritable guerre ?, par Tristan Garcia

Une petite pièce dans une jarre vide

Pourquoi l’État devrait-il accepter de rebattre les cartes ? Puisque les dommages matériels causés par le terrorisme sont négligeables, l’État pourrait théoriquement en faire peu de cas, ou bien prendre des mesures fermes mais discrètes loin des caméras et des micros. C’est d’ailleurs bien souvent ce qu’il fait. Mais d’autres fois, les États s’emportent, et réagissent bien trop vivement et trop publiquement, faisant ainsi le jeu des terroristes. Pourquoi les États sont-ils aussi sensibles aux provocations terroristes?

S’ils ont souvent du mal à supporter ces provocations, c’est parce que la légitimité de l’État moderne se fonde sur la promesse de protéger l’espace public de toute violence politique

Aujourd’hui, un gouvernement peut tout à fait fermer les yeux sur la violence domestique ou sexuelle, même si elle atteint de hauts niveaux, parce que cela ne sape pas sa légitimité (...)  A contrario, les cas, bien plus rares, de terrorisme, sont perçus comme une menace fatale, parce que, au cours des siècles derniers, les États occidentaux modernes ont peu à peu construit leur légitimité sur la promesse explicite d’éradiquer la violence politique à l’intérieur de leurs frontières.

A lire Globalia. JC RuffinQuand de Gaulle était la cible d'une "fatwa chrétienne"Djihadisme : Olivier Roy répond à Gilles Kepel

 Au cours de l’époque moderne, les États centralisés ont peu à peu réduit le niveau de violence politique sur leur territoire, et depuis quelques dizaines d’années les pays occidentaux l’ont pratiquement abaissé à zéro.... Les gens se sont vite habitués à cette façon de faire, qu’ils considèrent désormais comme leur droit le plus naturel. Par conséquent, des actes, même sporadiques, de violence politique, qui tuent quelques dizaines de personnes, sont vus comme une atteinte fatale à la légitimité et même à la survie de l’État. Une petite pièce, si on la lance dans une jarre vide, suffit à faire grand bruit.

A lire Le paradoxe de notre époque , BFMTV Hier, à 16:48 ·

"Mettre sur le même plan l’islam et le terrorisme est très dangereux" a propos de la une de Charlie hebdo

C’est ce qui explique le succès des mises en scène terroristes. L’État a créé un immense espace vide de violence politique – un espace qui agit comme une caisse de résonance, amplifiant l’impact de la moindre attaque armée, si petite soit-elle. Moins il y a de violence politique dans un État, plus sa population sera choquée face à un acte terroriste... Paradoxalement, donc, c’est parce qu’ils ont réussi à contenir la violence politique que les États modernes sont particulièrement vulnérables face au terrorisme. Un acte de terreur qui serait passé inaperçu dans un royaume médiéval affectera bien davantage les États modernes, touchés au cœur.

Après des siècles de batailles sanglantes, nous nous sommes extraits du trou noir de la violence, mais ce trou noir, nous le sentons, est toujours là, attendant patiemment le moment de nous avaler à nouveau. Quelques atrocités, quelques horreurs – et nous voilà, en imagination, en train de retomber dedans.

Désormais, nous serons gouvernés par la peur et les bons sentiments

The Siege 1998 Bruce Willis ✪ Bruce Willis Movies, Denzel Washington, Annette Bening


The Siege 1998 on Vimeo

Tout se passe comme si les sociétés occidentales ne pouvaient pas penser le djihadisme en dehors du registre de la psychiatrie.

Afin de soulager ces peurs, l’État est amené à répondre au théâtre de la terreur par un théâtre de la sécurité....L’État se sent donc obligé de mettre en scène un contre-drame aussi spectaculaire, avec plus de feu et de fumée encore. Alors au lieu d’agir calmement et efficacement, il déclenche une énorme tempête qui, bien souvent, comble les rêves les plus chers des terroristes


 

 

A lire Couvre-feu : Les lois d'urgences - l'indigné

Comment l’État devrait-il faire face au terrorisme ? Pour réussir, la lutte devrait être menée sur trois fronts. Les gouvernements, d’abord, devraient se concentrer sur une action discrète contre les réseaux terroristes. Les médias, ensuite, devraient relativiser les événements et éviter de basculer dans l’hystérie. Le théâtre de la terreur ne peut fonctionner sans publicité. Or malheureusement, les médias ne font souvent que fournir cette publicité gratuitement:

Le troisième front, enfin, est celui de notre imagination à tous. Les terroristes tiennent notre imagination captive, et l’utilisent contre nous.... C’est notre propre terreur intérieure qui incite les médias à traiter obsessionnellement du terrorisme et le gouvernement à réagir de façon démesurée.

"L'obsession de la guerre civile est d'une absurdité totale"

Que dire encore du terrorisme nucléaire ou bio-terrorisme? Que se passerait-il si ceux qui prédisent l’Apocalypse avaient raison? si les organisations terroristes venaient à acquérir des armes de destruction massive, susceptibles, comme dans la guerre conventionnelle, de causer d’immenses dommages matériels? Quand cela arrivera (si cela arrive), l’État tel que nous le connaissons sera dépassé. Et du même coup, le terrorisme tel que nous le connaissons cessera également d’exister, comme un parasite meurt avec son hôte.

Si de minuscules organisations représentant une poignée de fanatiques peuvent détruire des villes entières et tuer des millions de personnes, l’espace public ne sera plus vierge de violence politique. La vie politique et la société connaîtront des transformations radicales. Il est difficile de savoir quelle forme prendront les batailles politiques, mais elles seront certainement très différentes des campagnes de terreur et de contre-terreur du début du XXIe siècle. Si en 2050 le monde est plein de terroristes nucléaires et de bio-terroristes, leurs victimes songeront au monde occidental d’aujourd’hui avec une nostalgie teintée d’incrédulité: comment des gens qui jouissaient d’une telle sécurité ont-ils pu se sentir aussi menacés ?

© Yuval Harari 2016
© Albin Michel pour la traduction française 2016, par Clotilde Meyer

A lire Actualités > Bibliobs > Idées > La stratégie de la mouche: pourquoi le terrorisme est-il efficace ?

Le mouvement djihadiste poursuit sa mue

Importante, la perte de Tal Afar ne signifie pas pour autant la fin du pouvoir de nuisance de l’EI en Irak. Le mouvement djihadiste poursuit, en effet, sa mue en réseau clandestin et terroriste : les attaques se multiplient dans la province de l’Anbar, dans l’ouest du pays, où la chute du « califat » a laissé de profondes divisions entre ceux ayant collaboré avec l’EI et ceux l’ayant combattu. Dimanche, onze personnes ont encore été tuées dans un attentat à la voiture piégée sur un marché de la capitale, Bagdad.

 

nA lire La Guerre d'Image

L’EI avait, dans un passé récent, déjà dû adapter son discours après la perte, en juin, de son bastion de Fallouja, qu’il avait conquis en janvier 2014. Un tournant dans la propagande djihadiste, qui est passée de la célébration de son expansion territoriale, symbolisée par le slogan triomphaliste « Baquiya [« permanente »] et en expansion », qui avait accompagné ses succès initiaux, à celle de la résistance de ses hommes et de la permanence de son idéologie.

Le retour au « désert »

Quelques semaines plus tôt, fin mai, Abou Mohammed Al-Adnani, l’ancien porte-parole et propagandiste en chef de l’EI, tué en septembre, avait explicité cette nouvelle ligne du mouvement : « Avons-nous été défaits quand nous avons perdu des villes en Irak, quand nous étions dans le désert sans ville et sans territoire ? Pensez-vous que vous serez victorieux et que nous serons défaits si vous prenez Mossoul, Syrte ou Rakka et même toutes les villes, et que nous retournons à notre condition initiale ? Sûrement pas ! »

Ce « désert » est d’abord un espace physique : les confins irako-syriens, bastion djihadiste depuis près de deux décennies, ou les campagnes de la province de Diyala (à l’est de Bagdad), où l’EI n’a jamais été aussi implanté, prévient leCombatting Terrorism Center de West Point, l’académie militaire américaine.

C’est aussi le synonyme d’un retour à la clandestinité : des sources sécuritaires irakiennes constatent une résurgence de cellules djihadistes terroristes dans les zones libérées du contrôle de l’EI. Une évolution déjà perceptible dans le nord de Bagdad ou dans la province de Slaheddine, au nord de Diyala.

n

A lire EI et l'Asie  , Is it over for ISIL? Par Enkolo dans Accueil le 29 Juillet 2017

Le prochain paradigme

La nature du « paradigme du contrôle, » profondément ancré dans la pensée militaire des Etats-Unis, signifie qu’un changement significatif de la politique est difficile à envisager et sera extrêmement difficile à entreprendre,. À un certain stade, cependant, il faut que la réalité doit s’imposer et elle s’imposera : l’impact profondément contre-productif de la conduite de la guerre contre le terrorisme viendra à être reconnu et des politiques plus judicieuses mises en œuvre.

En effet, c’est dans le caractère profondément contre-productif des politiques des six dernières années que se trouvent peut-être quelques motifs d’espoir. L’échec cuisant de ces politiques offre un espace pour une remise en cause de la posture Occidentale à l’égard de la sécurité qui pourrait s’étendre à bien d’autres questions de sécurité globale (voir Global security : a vision for change).

Les vrais moteurs de conflit entre 2008 et 2030 seront probablement des questions de profonde inégalité mondiale, de désespoir économique, de mouvements de migrations, et de limites de l’environnement - toutes accentués par le changement climatique. Dans de telles circonstances, il serait trop facile que la principale exigence de l’Occident en matière sécurité soit le maintien du contrôle dans un monde fracturé. Dans la septième année d’une guerre sans fin en vue, les défaillances du renseignement qui ont marqué son début peuvent après tout être le point de départ d’une nouvelle approche de la sécurité humaine et planétaire dans les décennies à venir.

Paul Rogers enseigne à l’université de Bradford dans le département Peace Studies
--------------------------------------------------------------------------------
Publication originale Open Democracy, traduction Karim Loubnani pour Contre Info

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1546 

Terrorism and national emergencies: Reporting suspected ... - Gov.ukReport suspicious activity to MI5 - GOV.UK

 13 Septembre 2016 à 

 

Report: 0.7 percent of terror victims in Western Europe

Stratégie du chaos...Créé le lundi 18 juillet 2016

La stratégie de la mouche ? Par Enkolo dans Accueil le 27 Août 2017

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×